Message de bienvenue

Au nom de Dieu, le Clément le Miséricordieux.

Chers lecteurs!
je vous souhaite la bienvenue dans ce blog destiné à mes sœurs et frères épris du savoir, du dialogue et d'échange.
Ce blog a pour objet de susciter des débats fructueux autour des questions touchant tous les domaines de notre vie, particulièrement notre vie religieuse.

mardi 27 août 2013

L’UNIVERSALITE DU MESSAGE DE CHEIKH AHMADOU BAMBA


Plus de cent ans après le retour de Cheikh Ahmadou Bamba (1853-1927), l’une des figures éminentes de l’Islam en Afrique, de son exil du Gabon, son message de réforme reste aujourd’hui plus que jamais une alternative pour l’humanité. La lourde responsabilité de vulgariser ce message salvateur incombe en premier lieu à ses disciples, qui sont de grands voyageurs vivant partout dans le monde.
Après un bref rappel des objectifs et principes de la mission réformatrice du Cheikh, nous essayerons de démontrer son universalité avant de conclure par le rôle des Mourides dans sa vulgarisation et enfin les conditions de réussite dans cette mission.

I. LA MISSION DU CHEIKH : OBJECTIFS ET PRINCIPES
L'homme de Dieu et le réformateur, Cheikh Ahmadou Bamba, était investi d’une mission divine dont les principaux objectifs se résument dans le fait de revivifier la religion musulmane et de réformer la société en y provoquant un changement radical qui touche tous les domaines aussi bien religieux que sociaux, conformément aux enseignements de l’Islam, il disait 1:
« Aucune religion, excepté l’Islam, ne sera point accepté par Dieu et nous le revivifions ».
« Nous avons l’intention, grâce au Prophète de revivifier sa tradition ».

Conformément à ses déclarations, le Cheikh incarne dans sa conduite et ses démarches, les véritables principes universels de l’Islam, il dit :
« J’ai bâti mon obéissance (à Dieu) sur la conformité au Coran, à la Sunna et au Consensus (des Oulémas).
« Mon Maître est Dieu, ma religion l’Islam
et mon Imam la meilleure des créature.
« J’ai accepté l’Islam pour religion
Mouhammad pour Prophète et Messager.
« Son Livre pour guide
« Et la Maison (La Kaaba) pour seule et unique direction (…)
« Mes Imams en Fiqh sont Malick l’éminent
Châf’i Abou Hânîfa et Ibn Hanbal».

Dans un ouvrage « Bidayat-us-Suluk » (le début de l’engagement), il dit :
« C’est en Dieu que je crois, et je me remets à Lui en étant son adorateur et le serviteur du Prophète ».
« C’est en Dieu que je crois et c’est sur le Coran et la Sunna du Messager de Dieu que je fonde mes actions ».

Tous les ouvrages du Cheikh destinés à l’enseignement ainsi que ses recommandations –l’aspect théorique de sa mission- tournent autour de ces mêmes principes islamiques (Al-Imân al Islam, al Ihsan) : la foi en Dieu, l’adoration et le perfectionnement.
C’est pourquoi « les termes (murid) et mouridisme dépassent largement l’acception courante désignant les disciples de Cheikh Ahmadou Bamba »2.
En répondant à un questionnaire que lui avait adressé le Gouverneur Général des colonies françaises (A.O.F.), le Cheikh a fait comprendre que sa voie était différente des confréries connues de l’époque. Elle n’était qu’un appel islamique ouvert et conforme à la tradition du Prophète (PSL) qui repose sur trois principes : la foi sincère, l’adoration exclusive de Dieu et le perfectionnement des bons caractères (îmân, islâm, ihsân). Ainsi, sont mourides tous les bons croyants et fervents pratiquants où qu’ils se trouvent dans le monde. L’originalité et le mérite du Cheikh résident, donc, dans sa méthode de réforme extraordinaire par laquelle il a réussi à réconcilier le temporel et le spirituel tel qu’était l’Islam à son origine.

Afin de former des générations qui puissent compter sur elles-mêmes pour leurs besoins religieux et matériels et qui soient de bonne morale, loin des dérives et des (bida’) pour trouver la félicité des deux mondes (sa’datoud-darayni), le fondateur du mouridisme a insisté, dans son éducation, sur des éléments essentiels constituant la base de sa voie : (al-ilm) le savoir (al-ibada) l’adoration de Dieu (Tadhkiatoun-nafs) purification de l’âme (al’amal) le travail (al khidma) servir pour Dieu. Ces principes d'origine islamique était devenus comme des coquilles vides et ne se reflétaient plus dans les comportements des musulmans dans leurs écrasante majorité. Une éducation spirituelle basée sur ces principes est la seule à même d'inculquer à l'homme les véritables valeurs islamiques: le culte du travail, l'amour de son prochain, l'humilité, l'intégrité, le sacrifice, la tolérance, la justice etc.


II. L’UNIVERSALITE DU MESSAGE DE CHEIKH AHMADOU BAMBA

Les valeurs que le Cheikh incarnait et enseignait à ses disciples sont des valeurs universelles, quintessences des enseignements de l'islam . Elles sont, en effet, en mesure d’apporter des solutions aux problèmes profonds de ce monde en manque de valeurs et de repères. C'est pourquoi, son appel était adressé à l’ensemble des nations de la terre, il dit dans « Mawhiboun nafi' » :
« Je lance un appel à toutes contrées (pour qu’elles viennent) vers mon soutien (Le Prophète –PSL).
« Ô ! les gens de la terre, ô ! les gens de la mer, tournez-vous vers le bienfaisant (Le Prophète –PSL-), l’Océan de la générosité. »3

Conscient que sa mission était universelle, le Cheikh profitait de toutes les occasions pour appeler vers l’Islam les habitants des lieux de son exil. Un bon nombre d’entre eux ont ainsi embrassé l’Islam grâce à lui. Il adressait son appel à ses geôliers en leur disant:
« Ô Juifs et Chrétiens !
Soyez alliés du Meilleur des messagers.
Repentez-vous à Dieu et cherchez la Gudance
Auprès de Lui en suivant Ahmad (Le Prophète –PSL)»
Par ailleurs, il priait Dieu pour que l’humanité toute entière puisse bénéficier de ses bienfaits et s’allie à lui. Il dit en ces termes :
« Transformez l'ensemble (des ennemis) en alliés grâce à lui (le Prophte) et domptez-moi les villes »4
Il écrit ailleurs :
« Dieu m’aide et m’assiste. Les gens viendront vers moi des terres et des mers ».

En réalité, cette universalité commençait à se concrétiser même avant le retour du Cheikh à Dieu. Il recevait des fidèles de toutes les races et de toutes les nations proches ou lointaines. »
On compte parmi ses premiers fervents disciples un grand érudit venu de Bagdad nommé Youssef Al Bagdady5. En 1924, il recevait déjà une éminente délégation venant des Lieux Saints de l’Islam, porteuse d’une missive signée par les dignitaires de ces Lieux Saints. Dans cette lettre, ils reconnaissaient expressément le leadership du Cheikh et sa qualité de guide spirituel de l’ensemble des musulmans. Ils s’adressaient ainsi à lui en ces termes : « A l’Eminentissime Maître Vertueux, Chef de la confrérie Qadriya (sic) et des autres voies qui mènent vers Dieu et son Envoyé, Guide spirituel des aspirants (mouridin) dans la voie droite et la Chri’a, Que la paix et la miséricorde de Dieu Le Très Haut soient sur vous…»6.
Quant aux Oulémas mauritaniens, ils ont composé d’innombrables poèmes pour chanter ses bienfaits en faveur de la créature toute entière et sa conformité à la tradition du Prophète (PSL). Un recueil volumineux de ces poèmes a été édité et publié par le troisième Cheikh Abdoul Ahad Mbacké.
En somme, le caractère d’universalité de la mission de Cheikh Ahmadou Bamba commençait dès son vivant à être ressenti et reconnu hors des frontières de son pays. Mais il va prendre de l’ampleur avec le flux d’immigration de ses disciples vers les pays du monde entier.

III. LES IMMIGRES MOURIDES ET LEUR RESPONSABILITE DANS LA TRANSMISSION DU MESSAGE DE KHADIMOU RASSOUL
Animés par leur culte du travail, guidés par les recommandations du Cheikh, les Mourides se sont dispersés partout dans le monde pour y travailler. Toutefois, cette ardeur au travail n’a pas empêché les fidèles –elle les a encouragés- de s’organiser dans le cadre des Dahira (regroupements mourides) et d’effectuer d’innombrables réalisations dans les domaines socio-culturels en faveur de la communauté. Ces structures constituent en effet des cadres adéquats où les disciples peuvent se ressourcer moralement et spirituellement.
En Afrique, en Europe et aux Etats-Unis d’Amérique, ces Dahiras ont construit des résidences dénommées « Keur Serigne Touba ». Ces locaux représentent en réalité des « Dara » (centres d’enseignement religieux et d’éducation spirituelle) ouverts à la fois aux disciples et aux étrangers.

Grâce à ces structures, d’importantes manifestations culturelles s’organisent régulièrement à l’occasion de la célébration des Journées culturelles dédiées à Cheikh Ahmadou Bamba.
Ces manifestations donnent lieu souvent à des conversions nombreuses à l’Islam ainsi qu’une plus large diffusion de l’œuvre du Cheikh.

A l’instar des premiers grands disciples qui ont porté son appel hors des frontières du Sénégal, les Mourides d’aujourd’hui doivent être conscients de leur responsabilité de faire profiter à l’humanité toute entière des valeurs enseignées par Cheikh Ahmadou Bama : le culte du travail productif, le don de soi, la générosité, la solidarité, le refus de la corruption et de la violence, etc.
C’est en effet un devoir religieux à tout musulman d’œuvrer pour diffuser l’appel islamique, d’orienter les autres vers le droit chemin; Le Prophète –PSL- disait : « Celui qui appelle aux bonnes œuvres aura autant de récompenses que ceux qui le suivent ». Vulgariser le message du Cheikh partout dans le monde est donc une recommandation divine.

En fait, des rassemblements et marches pacifiques à l’étranger, beaucoup des disciples mourides font preuve d'un sens de discipline et de solidarité exemplaire. Ils forcent ainsi par leurs comportements, l’estime et l’admiration des autres. Mais la question qu'on doit se poser est comment ces fidèles réussiront-ils à transmettre et à vulgariser les enseignements du Cheikh?

V. LES CONDITIONS D’UNE VULGARISATION REUSSIE
Ayant le devoir de relever ce défi : faire profiter au monde les bienfaits des enseignement de Cheikh ahmadou bamba, les disciples, où qu'ils se trouvent, ont à remplir certaines conditions afin d’atteindre cet objectif, parmi lesquels :

  1. Respect scrupuleux de ces enseignements dans leurs comportements, leur conduite et leurs relations : honnêteté, tolérance, modestie, continence, etc. C’est en incarnant les valeurs de cet enseignement qu’on réussira à les transmettre. Cela nécessite une bonne compréhension et une meilleure appropriation de cet enseignement à l’aide d’une formation de qualité prise en charge et assurée par des structures éducatives modernes.
  1. Une bonne maîtrise des enjeux animant ce monde contemporain marqué par le conflit des civilisations, la crise des valeurs et la recrudescence des guerres et violences.
  2. Amélioration du fonctionnement des Dahiras de sorte qu’elles puissent assumer pleinement leurs responsabilités, leur rôle en termes de formation et d’information. Pour ce faire, on doit :
  • redéfinir les missions et les objectifs des Dahiras en tenant compte des contextes socio-économiques dans le monde;
  • repenser leur fonctionnement à l’étranger afin qu’ils puissent s’ouvrir aux ressortissants des pays étrangers et leur offrir des possibilités d'épanouissement spirituel;
  • affecter une partie de leurs moyens financiers à la mission de propagation du message du Cheikh;
  • impliquer dans ses activités les intellectuelles qui sont bien imprégnés de l’éducation du Cheikh, étant en mesure de mener le dialogue avec d’autres civilisations et d’utiliser les NTIC;
  • mettre l’accent sur l’éducation spirituelle du Cheikh
  • préserver l’unité et la cohésion au sein des Dahiras en toutes circonstances. Cette unité est une condition nécessaire de la réussite d’une communauté.

CONCLUSION
Ces conditions –il y en a d’autres certes- peuvent favoriser la vulgarisation du message de Khadimou Rassoul dans un monde, plus que jamais en crise de repères et de valeurs.
En fait, entre les tendances sauvages de cette économie de marché, ce matérialisme écrasant et certaines interprétations et pratiques extrémistes ou tronquées de l’Islam, le message du fondateur du mouridisme constitue une alternative à expérimenter en particulier par les peuples cherchant le chemin de leur développement entre leurs valeurs traditionnelles et la modernité occidentale. Ce message est enfin une source intarissable pour tous les aspirants assoiffés de spiritualité pour l’équilibre de leurs âmes ; car Cheikh Ahmadou Bamba a pu réconcilier le spirituel et le temporel dans un même mouvement dynamique ascendant vers la félicité des deux mondes, ici-bas et l’au-delà (sa’adatoud darayni).

Same BOUSSO Abdourahman
Responsable Commission Culturelle
Dahira Rawdu Rayâhîne
Email : samebousso@yahoo.fr
Tel 775486031

1Poème « li allahu, alqur'anu, jibrilu, Muhamamd »
2Cheikh Ahmadou Bamba, Serviteur du Prophète, par Cheikh Ahmad Tidiane Sall
3  Le Poème du Cheikh « Mawhiboun nafi »
4Le Diwân: al foulkoul mashoun
5cf. Irwa annadim de Cheikh M. Lamine Diop
6Cette lettre a été traduite et publiée par la Dahira Hizbou Tarqiya

5 commentaires:

  1. Barakallah , qu'allah vous soutienne dans cette noble mission, nous avons vraiment besoin de tel genre d'initiative pour mieux répandre les enseignements authentiques du mouridisme dans le monde .
    tawfiix wa taysiir incha allah

    shouhaybou kebe

    RépondreSupprimer
  2. Amiiine
    Nous attendons vos contributions in shallah

    RépondreSupprimer
  3. Que la paix sois avec vous, sangue bi.
    Je vous félicite pour cette initiative. Je vous connais de nom par l'intermédiaire de S. Abdou Rahmane Leye qui vous cite beaucoup. Je suis étudiant en droit à Strasbourg et ami de ce dernier. J'espère que ce blog va être vivifié car les thèmes qui y sont jusque-là développés sont extrêmement importants. Je ne manquerai pas de vous adresser des questions. Je pense que d'intéressantes choses pourront sortir de cette échange au bénéfice surtout de notre Dahira qui est en train de repenser le défi du Dahira par rapport à son contexte d'implantation. Jerejef

    RépondreSupprimer
  4. Amiin, Serigne Souhaibou
    Nous aurons le plaisir d'echanger avec vous et de recevoir vous commentaires

    RépondreSupprimer