Message de bienvenue

Au nom de Dieu, le Clément le Miséricordieux.

Chers lecteurs!
je vous souhaite la bienvenue dans ce blog destiné à mes sœurs et frères épris du savoir, du dialogue et d'échange.
Ce blog a pour objet de susciter des débats fructueux autour des questions touchant tous les domaines de notre vie, particulièrement notre vie religieuse.

mercredi 28 août 2013

I have a dream: Touba en 2047 *

Par Dr Khadim M.Mbacké
Chercheur à l'IFAN

Le patron du fondateur du mouridisme, le Prophète Muhammad (PSL) disait que le meilleur des musulmans est celui d'entre eux qui aura mené une longue vie remplie de bonnes œuvres. Souhaitant faire partie des meilleurs membres de la Umma, je ne vois rien qui m’empêche de rêver de jouir d’une longue existence jalonnées de belles réalisations à l’instar de mon trisaïeul, Mararam, mort à l’âge de 99 printemps et mon grand père et contemporain, de surcroît ami intime de mon père, Serigne Muhammad al-Habib Mbacké, qui vient de rejoindre le Compagnon Supérieur au même âge.
Mon rêve porte sur ce que je souhaite voir se réaliser dans ma ville natale au terme des 40 années à venir, quand je fêterai mon 99eme anniversaire. Certaines réalités d'aujourd'hui ne dépassent elles pas largement les rêves de 1947?
Dès l’année 2007, des hommes et des femmes d’affaires originaires de la ville ont créé une société d’investissement dénommée Touba Investment Company (TIC) et dotée d’un capital de 500 milliards d'euros constitué entièrement des souscriptions de membres de la communauté mouride.
La société a procédé à la création de 10 centres commerciaux de types CCCC dans les différents quartiers de la ville. Elle a ensuite créée quatre banques et 10 unités industrielles employant une population de 50000 âmes. Auparavant, 10 complexes scolaires franco-arabes modernes (allant de la maternelle à la terminale) avaient été implantés dans différents endroits de la cité avec une capacité d’accueil de 100 000 élèves. Ces établissements scolaires n’ont rien à envier à ceux des pays développés quant à la qualité de leurs équipements et la compétence de leurs personnels enseignants. En 2010, 4 universités virent le jour dans la cité :
  • l’université Serigne Mbacké Bousso pour les Sciences Physiques,les Télécommunications et l’Environnement;
  • l’université Islamique de Médecine, de Géologie,de l'Hydraulique , de Biologie et d'Agronomie;
  • l'université Régionale des Sciences Humaines;
  • l'université Islamique Cheikh Abdou Rahman Lo.
L' inscriptions dans ces universités étant très sélective, leurs effectifs ne dépassent pas 30 000 étudiants auxquels le redoublement et la grève sont absolument interdits et qui jouissent tous d’intéressantes bourses d’études. Ce sont les diplômés de ces établissements qui ont mené toutes les études afférentes aux grands projets réalisés dans la ville. Citons en quelques uns :
- la construction du système de drainage des eaux usées;
- l'électrification et le bitumage des grandes artères de la ville en particulier l'avenue Serigne Mouhammad Moustapha Mbacké portée récemment à quatre voies avec une largeur de 80m, l'avenue Serigne Bassirou Mbacké de même largeur reliant la grande mosquée à la Gare Ferroviaire Internationale de Sham et l'avenue Serigne Massamba Mbacké de même dimension qui traverse le quartier Mbal pour déboucher sur l'échangeur de Darou Salam;
- le reboisement de tout le territoire du département de Mbacké qui a permis d'y ramener toutes les espèces végétales qui y existaient en 1900,quand le marigot de Mbal,entouré de tanières et d'autres refuges à fauves, se trouvait au milieu d'une forêt dense constitués de cordyla pinnata (dimb),de zizyphus mauritiana (deem) de anogeissus leiocarpus (geej), de diospyros mespiliformis( aloom), de sclerocarya birrea (beer) , de hexalobus monopetalus (xaasew) , de sterculia setigera (bep) , de pterocarpus erinaceus (wenn), de parinari macrophylla ( new), de borassus flabellifer (ron), de combretum glutinosum ( rat), de banhinia rufesceus (rànd) etc;
  • les boulevards périphériques A1 (Serigne Afé Mbacké) A2 (Saër Asta Ndiaye Mbacké, A3 Mame Thierno Ibra Faty) voies qui ont fait que les embouteillages constatés jadis pendant le Magal ne sont plus qu’un mauvais souvenir;
  • le réseau métropolitain avec ses quatre grandes lignes qui se rejoignent la gare centrale Asta W.Mbacké qui se trouve à 50m de profondeur au dessous de la grande place publique de la ville;
  • les 4 hôpitaux ultra modernes de Guédé, de Ndamatou et de Bakoura qui accueillent des malades de toutes les régions du Sénégal, voire de la sous région;
  • des centres de recherches de niveau international qui s’occupent en particulier de la recherche agricole, du développement de la technologie alimentaire, de la santé animale et humaine, de l'énergie solaire,de la régénération des sols et de la réintroduction des espèces végétales disparues;
  • de l’aéroport international Muhammad Al Fadel Mbacké, le plus important de la sous région parce que capable d’accueillir des appareils de type Airbus A480 et Boeing 790;
  • l’aqueduc qui alimente la ville en eau depuis l’usine de dessalement de l’eau de mer installée à 110 km de là sur la côte Atlantique. Grâce à ce projet, le réseau hydraulique couvre tous les quartiers de la ville et l’alimentation en eau potable y est si satisfaisante que les jardins verdoyants et les parcs luxuriants qui jalonnent la ville sont régulièrement arrosés;
  • le lac artificiel réalisé sur le lit d'un fleuve disparu il y a plus d'un siècle allant de Fatick à Matam en passant par Diourbel, Mbacké, Touba et Linguère;
  • le complexe socioculturel Serigne Abdoul Qadir Mbacké doté d'une salle de conférence de 10000 places où se déroule une partie des manifestations scientifiques et culturelles du Magal organisées alternativement par les universités locales en collaboration avec le Comité d'organisation dirigé par le Pr. Maymouna Mbacké.
  • le premier réseau Internet wi fi d'Afrique couvrant une zone allant de Ndoulo à l'ouest à Taif à l'est et de Goussas au sud à Darou Mousty au nord;
  • l’hôtel 5 étoiles Cheikh Abdoul Ahad Mbacké où logent les délégations étrangères qui visitent la ville de temps à autre.
Le développement qualitatif de cette ville se reflète dans l’organisation de ses activités culturelles. Le Magal, jadis célébré dans la confusion, prend désormais la forme d’une semaine culturelle qui commence trois jours avant le jour du Magal à proprement parlé et se termine 3 jours après. En plus de la Foire Internationale des Produits Ruraux,la semaine est marquée par des conférences, tables rondes, colloques et symposiums. Parmi les thèmes abordés cette année,on note:
  • Comment la religion a -t-elle pu mettre fin aux conflits mondiaux?
  • Quelles sont les causes du succès de la réforme religieuse conduite au cours des quarante dernière années?
  • Les voies et moyens qui ont permis d'asseoir un soufisme d'élite débarrassé des tares du mysticisme de la populace?
  • Comment Touba a -t- elle réussi à réconcilier la religion et la science?
  • Population, éducation, environnement et développement: exploitation rationnelle des ressources naturelles
  • L'énergie solaire et son application au dessalement des eaux saumâtres
Le développement de la ville a profité d'un concours de circonstances favorables marqué par la découverte d'un gisement de pétroles dans le Cayor estimé à 40 milliards de barils et l'augmentation inattendue de la production des mines d'or du Sénégal Oriental.
Le calife général est titulaire d'un doctorat en pétrochimie. Cet homme, d'une trentaine d'années, dynamique, intelligent et pieux, s'exprime en quatre langues internationales .Il a annoncé dans son discours du Magal de 2046, en présence du Gouverneur du Sénégal représentant le Président des Etats-Unis d'Afrique, qu'il préparait un programme de développement ambitieux qui ferait de sa cité la plus belle métropole africaine et justifierait le transfert de la capitale de l'Etat à Touba…


* Cet article a été publié dans le Journal du Magal, édition 2006

4 commentaires:

  1. Qui dit proffesseur sous entend prophet et surtout quand il s'agit d'un imminent et incostestable.
    un theme imaginair dont les sujets ont leurs places sauf , à mon avis, ceux de 500 milliards d'afros qui devait se mettre à la place de 500 milliards d'euros. Merci proffesseur mbacké
    Longue vie comme souhaitée et bonne concrétisation . Salut

    RépondreSupprimer
  2. touba n'aura jamais un khalife de 30 ans. on veu pas de ton reve

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A qui se réfère ce "on" de votre "on veu pas de ton reve"? Si ça ne recouvre que votre personne, là ça ne poserait aucun problème. Sinon, il s'agit là d'un propos erroné, car il y a tout aux moins deux personnes qui en veulent de ce rêve: son auteur et l'auteur des présentes observations. Et qui sait? Il y a peut-être des centaines voire des milliers d'intellectuels conscients des exigences des temps modernes qui souhaitent que ce Touba rêvé puisse voir le jour.

      Supprimer
  3. Il s'agit bien d'un rêve et non d'une utopie. Contrairement à l'utopie, le rêve est de l'ordre du réalisable, s'inspirant, se fondant et étant très proche du "réel". A bon entendeur: Salut!

    RépondreSupprimer